LE MONDE DU NUMÉRIQUE EST INQUIET
NON PAS POUR LUI MÊME… MAIS AU REGARD DES ENJEUX SOCIÉTAUX QUI SE POSENT EN 2017. 

France Digitale, l’ACSEL, Croissance Plus et Syntec Numérique mobilisent les pigeons et les startups le 28 mars pour interpeler le futur président de la République donc pour parler d’avenir, de confiance, d’innovation et d’ascenseur social.

LES PIGEONS SONT toujours INQUIETS DIREZ-VOUS ?

Rappelez-vous leur mobilisation contre l’impôt sur les plus-values : c’était une cause fiscale mais aussi un acte de naissance d’une nouvelle forme d’entreprise, d’un nouveau projet de société et de capitalisme .

Pourtant OUI, aujourd’hui les #geonpi sont à nouveau inquiets non pas tant pour eux-mêmes mais parce que le monde dans lequel nous évoluons a beaucoup évolué depuis 5 ans en terme d’usage numérique, de consommation, de vie citoyenne, de travail … or les institutions et les politiques ne suivent pas ce rythme… et comme nombre de citoyens français les sondages actuels les inquiètent, révélant une lecture frileuse du monde par manque de confiance, des débats qui négligent trop le fonds et la nécessaire transformation de la société.

Un pays dans lequel 1 jeune sur 4 est au chômage alors que les startups connaissent une croissance de +40% de leurs effectifs est un pays qui a des ressources. Regardons les en face et exploitons les.

LE CONTEXTE EST À PRENDRE EN COMPTE

Un monde encore plus rapide et encore plus global. Un monde qui détruit des emplois pour en créer de nouveaux. Dans ce contexte, la plus facile, la plus populiste des voies consiste à attiser les peurs, à surligner les risques, à présenter le verre à moitié vide.

À promouvoir le repli sur soi douillet mais angélique et naïf on ignore la réalité d’un monde qui demande à la France de prendre des risques et d’accélérer ses mutations.

Cette peur a dominé le referendum sur le Brexit ainsi que l’élection présidentielle.

En 2017, LE MONDE ENTIER REGARDE LA FRANCE

Alors le monde du numérique et de l’économie de demain se relève et refuse le holdup “NON il n’est pas question de manquer cette échéance de 2017″ , comme on a pu manquer celles de 2007 et de 2012. Nos entreprises regardent le futur avec confiance : c’est un monde ouvert sur l’international, dans lequel La France a besoin de L’Europe et réciproquement, un monde où l’on regarde l’avenir en forme d’opportunité

Nos entreprises ne sont pas des défenseurs égoïstes de leurs intérêts, mais ils s’investissent dans la société avec conviction.

Nous avons identifié 3 grands axes pour accélérer cette contribution du numérique à la nouvelle société :

  • Réparer l’ascenseur social en saisissant toutes les opportunités de croissance et en partageant la création de valeur

  • Transformer l’économie en encourageant la prise de risques

  • Repenser l’Etat et l’Europe dans une logique cohérente de plateformes


 

CharLi

Documents à télécharger